La sixième planète ne manque pas d’attrait. Moins imposante que sa voisine Jupiter, Saturne arbore de splendides anneaux, dont l’ampleur est unique dans notre Système solaire.

Après son opposition le 9 juillet, Saturne est encore bien observable en tout début de nuit, avec toutefois un bémol. En effet, depuis 2017, la planète aux anneaux circule dans le Sagittaire, la plus australe des constellations du zodiaque. Les observateurs de l’hémisphère nord voient donc Saturne relativement basse sur l’horizon, avec pour corollaire inévitable une altération de l’image due à notre atmosphère.
Dans l’Astronomie de septembre, Gilles Sautot vous aide à repérer Saturne et vous informe sur ce que vous pourrez observer selon l’instrument utilisé.

t

Quand observer ?

À la mi-septembre, depuis les latitudes moyennes de l’hémisphère nord (environ 45°), Saturne est à une vingtaine de degrés de hauteur dans un ciel déjà bien sombre (vers 20h30 heure légale). Il ne faut pas tarder pour entreprendre les observations, la planète va poursuivre sa lente glissade vers l’horizon. Aux alentours de 21h30, Saturne affiche une hauteur de 15°. Si les conditions atmosphériques sont bonnes, vous pourrez encore déceler des détails sur le globe et les anneaux et identifier quelques satellites !
Pour atténuer les turbulences, optez pour un site d’observation éloigné de constructions

Des anneaux grands ouverts

Au gré de sa course autour du Soleil, Saturne nous présente ses anneaux avec un aspect très variable. Ce phénomène s’explique aisément par l’inclinaison de Saturne sur son orbite, les anneaux étant situés dans son plan équatorial. Ainsi, toutes les demi-révolutions autour du Soleil (environ 15 ans), nous observons les anneaux par la tranche. Un quart de révolution plus tard, nous observons les anneaux au maximum de leur ouverture, alternativement la face nord et sud. Après que notre planète est passée dans le plan des anneaux en 2009, l’angle d’ouverture n’a cessé de croître pour atteindre le maximum d’ouverture en octobre 2017 avec une valeur proche de 27°. En septembre 2019, cette valeur est en moyenne de 25,2°.

L’ouverture des anneaux est définie par l’angle formé entre le plan équatorial de Saturne (et donc des anneaux) et le centre du disque de la planète vu depuis la Terre. Cette valeur, appelée latitude saturnicentrique, est nulle lorsque la Terre passe dans le plan des anneaux et atteint un maximum de 27° ou –27° selon que l’on observe la face boréale ou australe des anneaux.

 

Principales zones qui composent le globe et les anneaux de Saturne. Actuellement, nous observons le pôle Nord de la planète, le pôle Sud étant masqué par les anneaux. Notez l’ombre du globe sur les anneaux visible en septembre.

 

Une kyrielle de satellites

Parmi la soixantaine de satellites qui gravitent autour de Saturne, une petite dizaine est accessible aux amateurs. Avec un instrument modeste, quatre sont observables, par ordre d’éloignement de la planète : Téthys (magnitude 10,5), Dioné (10,7), Rhéa (10) et Titan (8,6). Ce dernier étant le plus gros des satellites de Saturne.
Il n’est pas facile de les identifier. Pour vous aider, le schéma ci-dessous indique les orbites de ces quatre satellites (ils tournent dans le sens inverse des aiguilles d’une montre). Les instants des élongations maximales, disponibles dans les Éphémérides astronomiques, facilitent le repérage et l’observation. Comme Titan effectue une révolution autour de Saturne en 16 jours, il n’y aura guère de différence de position quelques heures avant ou après une élongation ou une conjonction.
Pour Titan, en septembre (heures en TU) :
– élongations maximales orientales : 4 à 14h ; 20 à 12h.
– élongations maximales occidentales : 12 à 14h ; 28 à 13h.
– conjonctions supérieures : 16 à 16h.
– conjonctions inférieures : 8 à 11h ; 24 à 10h.

p

La Commission des observations planétaires de la Société astronomique de France, section Saturne, donne de nombreuses informations : présentation de la planète, galerie d’images, acquisition et traitement, éphémérides…

L'Astronomie est édité par la
Société astronomique de France
3 rue Beethoven - 75016 PARIS

 

Fondée en 1887
Reconnue d'utilité publique en 1897
Agréée association nationale de jeunesse
et d'éducation populaire

SUIVEZ-NOUS

Show Buttons
Hide Buttons