On sait que les comètes ne sont pas l’apanage de notre Système solaire. Mais c’est la première fois que nous avons la certitude d’observer un astre chevelu venant de l’extérieur du Système solaire. Une découverte qui, comme on l’imagine, intéresse au plus haut point les scientifiques.

Fin 2017, Pan-STARRS, télescope dédié à la détection d’objets comme les comètes et les astéroïdes, identifiait ‘Oumuamua. C’était la première fois qu’un objet de nature astéroïdale venant de l’extérieur de notre système planétaire était observé.
Moins d’un an plus tard, le 30 août 2019 exactement, l’astronome amateur Gennady Borisov découvre sa huitième comète. Et quelle comète ! Après avoir étudié à plusieurs reprises les paramètres de son orbite, les astronomes constatent que cette comète ne provient pas des confins de notre Système solaire, mais de l’extérieur de celui-ci. C’est la première fois qu’une telle comète est observée !
Désormais baptisé 2l/2019 Q4 (Borisov), cet astre chevelu interstellaire poursuit sa route en s’approchant du Soleil (au plus près le 8 décembre 2019) et de la Terre tout en plongeant vers les constellations australes.
En novembre, elle quitte le Lion pour entrer dans la Coupe avant de séjourner dans l’Hydre femelle en décembre. C’est durant cette période que la comète devrait atteindre son plus grand éclat, avec une magnitude de 15.
Dans le numéro de novembre de l’Astronomie, Nicolas Biver, astronome à l’Observatoire de Paris et spécialiste des comètes, nous en dit plus sur cette découverte, la probabilité de détecter une comète extrasolaire et les particularités de 2l/2019 Q4 (Borisov).

Animation issue d’un assemblage de photos de la comète Borisov faites par le télescope spatial Hubble sur une période de sept heures. Le télescope a suivi le déplacement de la comète parmi les étoiles qui, de ce fait, forment des traits durant la pose photographique. Crédits : NASA, ESA et J. DePasquale (STScI).

 

Simulation du passage de la comète Borisov à travers le Système solaire. En bas à gauche, sont indiquées les distances au Soleil et à la Terre en unités astronomiques (au) selon la date. 1 unité astronomique = 150 millions de kilomètres. Crédit : NASA/JPL-Caltech

L'Astronomie est édité par la
Société astronomique de France
3 rue Beethoven - 75016 PARIS

 

Fondée en 1887
Reconnue d'utilité publique en 1897
Agréée association nationale de jeunesse
et d'éducation populaire

Show Buttons
Hide Buttons