Les modèles contemporains du climat, appelés GCM (Global Climate Models), s’appuient sur tous les processus physiques pouvant jouer sur le climat. Ils ont été rendus possibles par la capacité accrue des ordinateurs qui simulent numériquement une Terre virtuelle.

Dans le numéro d’avril de l’Astronomie, Martin Turbet montre que les équations universelles utilisées dans ces modèles permettent d’étendre les informations recueillies à la description d’autres planètes du Système solaire ou des exoplanètes. Et qu’en retour, on est en mesure d’évaluer l’évolution à très long terme du climat terrestre.

Cette vidéo de l’Institut Pierre-Simon Laplace explique ce qu’est un GCM terrestre appliqué à la modélisation du climat.

L'Astronomie est édité par la
Société astronomique de France
3 rue Beethoven - 75016 PARIS

 

Fondée en 1887
Reconnue d'utilité publique en 1897
Agréée association nationale de jeunesse
et d'éducation populaire

Show Buttons
Hide Buttons