Tous les mois, Gilles Sautot décrit un objet du ciel profond. Dans le numéro de décembre, c’est NGC 1023, l’une des plus brillantes des galaxies que l’on peut admirer un peu à l’écart de la Voie lactée.

NGC 1023, découverte en 1786 par William Herschel, est une galaxie barrée et lenticulaire, c’est-à-dire de taille et de forme assez semblables à une galaxie spirale, à la différence près qu’elle ne possède pas de structure spiralée. En ce qui concerne la présence d’une barre en son centre, des études toutes récentes tendent à faire un lien entre la présence d’un trou noir super massif et l’existence de cette barre.

NGC1023 a un diamètre d’environ 60000 années-lumière ; sa distance est estimée autour de 35 millions d’années-lumière ; enfin, son centre contient un trou noir super massif dont la masse est estimée à 44 millions de masses solaires.

 Des indications permettent à l’observateur de retrouver aisément cette galaxie, située dans la constellation de Persée, et de l’observer à l’aide d’une modeste lunette de 70/700, ou d’une lunette de 100/900 Apo, d’un petit télescope ou enfin d’un d’un gros Schmidt-Cassegrain de 280mm de diamètre.

En conclusion, NGC 1023 est une faible, petite, mais jolie galaxie, très exigeante en termes de qualité de ciel : point de salut en ville avec un ciel «brulé» de pollution ; on évitera aussi une Lune proche et brillante. Son contraste permet de supporter des grossissements de 100 à 200 fois, nécessaires pour montrer sa structure interne. Elle offre alors une belle carte postale visuelle malgré les 35 millions d’années-lumière qui nous séparent d’elle.

L'Astronomie est édité par la
Société astronomique de France
3 rue Beethoven - 75016 PARIS

 

Fondée en 1887
Reconnue d'utilité publique en 1897
Agréée association nationale de jeunesse
et d'éducation populaire

Show Buttons
Hide Buttons